fbpx
BIOCLIMAT

Comment capter l’énergie solaire?

  • test : test

L’énergie solaire peut être capter de deux façons différentes suivant si l’on souhaite produire de la chaleur ou de l’électricité. On distingue les toits bleus (photovoltaïques) des toits noirs (solaire thermique).

En effet, les deux technologies solaires, thermiques et photovoltaïques font appel à des approches techniques totalement différentes. Ce sont deux filières d’énergie renouvelables distinctes, faisant appel à des compétences et des matériels différents.

L’énergie du soleil est captée soit avec des panneaux solaires thermiques ou soit avec des panneaux solaires photovoltaïques.

Egalement il est intéressant de savoir que l’énergie solaire reçu pour chaque mètre carré en France est suffisante pour faire fonctionner entre 5 et 10 ampoules. N’importe quelle toiture de maison reçoit plus d’énergie du soleil que n’en consommeront ses habitants, aussi bien dans le nord que dans le sud.

Il faut d’ailleurs relativiser la différence d’ensoleillement entre le nord et le sud du pays. Même s’il est évident que ces variations d’ensoleillement vont être primordiales dans le calcul des surfaces de capteurs à mettre en place pour un projet, il ne faut pas conclure qu’une installation solaire n’est rentable qu’au sud !

L’Allemagne, qui se situe dans des conditions bien plus défavorables que le nord de la France, est le pays leader du solaire en Europe. L’Alsace a été une des régions où le développement des chauffe-eau solaires a été le plus rapide.

Un mètre carré bien orienté, éclairé en plein soleil, reçoit en France une puissance maximale de 1000 W (ce qui correspondrait à la consommation électrique de 10 ampoules à incandescence, ou à 50 lampes écotone). En une heure, ce mètre carré va pouvoir accumuler 1kWh d’énergie !

L’unité de mesure adoptée pour quantifier la ressource solaire journalière est le kWh/m²/jour (killowattheure/mètre carré/jour).

En fonction du taux de couverture solaire en France, l’installation solaire porra alors être calculé en fonction des besoins quotidiens en énergie des occupants du logement.